Au coeur des rizières

Catégories Vietnam

Nous quittons Hanoï pour nous rendre dans le nord du pays réputé pour ses fabuleuses rizières en terrasse et ses villages H’mong.

Cap sur Mu Cang Chaï, un petit village reculé dans les montagnes d’où l’on peut contempler les plus belles rizières en terrasse du Vietnam.

La population dans cette région se compose essentiellement de l’ethnie minoritaire H’mong. Leurs maisons sont construites en bois sur les flancs de montagnes.

Nous partons à la rencontre des H’mong sur notre petit scooter qui peine à gravir la route rocailleuse.

L’expression sur le visage des fermiers, de leurs progénitures et parfois même des buffalos, indique clairement que les touristes se font rares dans cette région. Mais notre présence, aussi surprenante soit-elle, est perçue comme un moment de distraction, à en juger leur sourires (ou peut-être était-ce nos looks…?)

 

Les buffles d’eau sont très utilisés pour labourer.

Nous nous rendons maintenant dans la ville de Sapa pour vivre une seconde expérience pour le moins immersive.

Comme à Mu Cang Chai, nous voulions alterner entre paysages de rizières et culture H’mong. Nous avons donc été mis en relation avec Kat, une jeune guide H’mong, qui a accepté de nous accompagner deux jours dans les rizières et de nous héberger dans sa famille le temps d’une nuit.

Un petit tour au marché avant de partir.

Provisions achetées pour le repas, dans le panier que Kat porte sur son dos.

Ce fut, pour nous, une expérience très immersive puisque le mode de vie des H’mong est bien loin du nôtre. Grâce à sa maîtrise de l’anglais nous avons eu un échange très enrichissant avec Kat, qui servait également d’interprète lorsque nous étions dans sa famille.

Nous avons également partagé des moments de vie en participant à la préparation du repas, en mangeant tous ensemble ou encore en jouant avec les enfants. Nous garderons un souvenir inoubliable de ces deux jours passés dans la communauté H’mong.

Dans cette maison, où nous avons déjeuné, habitent 3 générations : Kat et son mari, ses enfants, et sa belle famille. En effet, les H’mong vivent en communauté et leurs ressources sont mises en commun.

Dans la cuisine, la nourriture est préparée sur un foyer ouvert. Il n’y a pas de conduit de cheminée et les fumées stagnent dans la pièce…
C’est un grand bac au sol avec un robinet qui sert d’évier : ici, c’est le lavoir !
Pour le repas dans la salle à manger, tout le monde vient piocher avec ses baguettes dans les plats du milieu, avec toujours le riz comme aliment de base.

1 commentaire sur “Au coeur des rizières

  1. Quel courage pour cultiver en terrasse, paysages grandioses … Un beau peuple … J’adore la chorégraphie des pattes de poulets sur le marché !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *